AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Tom Greyson, gangrel/camarilla (en cours)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tom Greyson

Tom Greyson

Messages : 2
Date d'inscription : 20/06/2014
Secte : Camarilla
Clan : Gangrel
Génération : 11éme

Tom Greyson, gangrel/camarilla (en cours) Empty
MessageSujet: Tom Greyson, gangrel/camarilla (en cours)   Tom Greyson, gangrel/camarilla (en cours) EmptyVen 20 Juin - 9:29

Nom : Tom Greyson
Age apparent : 20 ans
Génération : 11e
Clan : Gangrel
Nature : Discret
Attitude : ange gardien

Expérience : 0
Santé :
O Contusion
O Blessure légère -1
O Blessure moyenne -1
O Blessure grave -2
O Handicap -2
O Infirmité -5
O Incapacité

Humanité ••••••

Volonté ••••••• (4+3 points bonus)

Points de Sang ••••••••••

Atouts/Handicap :
- Equilibre félin
- manducation

- daltonien
- allergie à l' ail


-----------------------------------------------ATTRIBUTS-----------------------------------------------



Force •••
Dextérité ••••
Vigueur •••

Charisme ••
Manipulation ••
Apparence ••

Perception •••
Intelligence ••
Astuce •••

-----------------------------------------------CAPACITES-----------------------------------------------


Talents : (13)
Athlétisme ••
Bagarre •••
Esquive •••
Expérience de la rue •
Intimidation •••
Vigilance •

Compétences : (9)
Armes à feu •••
Furtivité •
Mêlée •••
Survie ••

Connaissances : (5)
Informatique •
Investigation ••
Linguistique • (Français)
Médecine •

-----------------------------------------------AVANTAGES-----------------------------------------------


Historiques : (5)
Contacts ••
- Joe le garagiste
- Manfred le barman
Mentor ••
- Stanislas Fontane  •
- Connu dans le monde du journalisme
Disciplines : (5) (3+2 pour 14 points bonus)
Protéisme ••
Endurance •
Puissance •
Célérité •

Vertus : (7)
Conscience •••
Contrôle de Soi •••
Courage ••••

-----------------------------------------------BACKGROUND-----------------------------------------------


Apparence :

Tom est un vampire de petite taille si on le compare au cabarit moyen de la population actuelle. 165 centimètres, et à peine quelques 50 kilos, mais tout en muscles. Petit cabarit mais musclé. Ses cheveux sont blonds/chatains clairs et sont coupés fort courts (coupe militaire, en brosse), ses yeux sont bleu azur mais virent à l' ambre quand il utilise sa discipline animalisme. Sa voix est grave, trainante, mais il parle avec aisance. Pas de vulgarité, sauf quand il enguirlande sa goule, et encore, c' est très rare. Côté look, il s' habille toujours de la même façon : pantalon de militaire en treuillis (motif camouflage), t shirt sans manche, et un sweat noir ou gris avec une large capuche. Le tout est complété par des rangers noires. Son pas est souple, viril, Tom martèle le sol avec sûreté.
Ajoutez à cela qu' il ne se déplace jamais sans son couteau de para commando, caché dans sa botte ni son paquet de clopes. Et pour complèter le tout, à son cou pend un talisman en forme de loup, en argent, mais qu' il met souvent sous son sweat, et un anneau en argent qu' il porte à la main droite. En parlant de mains, n' oublions pas ses ongles qui deviennent de véritables griffes acérées en cas de besoin, coupantes comme des rasoirs. Et bien sûr, ses cinq sens sont plus dévellopés que chez un humain mortel, en particulier son odorat et son ouie. Daltonien, sa vision nocturne est quasi parfaite. Mais cela a un revers : ses yeux sont très sensibles aux lumières vives tels que les flashs.

Psychologie : Le mécanisme de sa psyché, ce qu'il aime, détèste, sa philosophie de vie, ses convictions...

La... psychologie ? Encore une de vos sciences modernes pour essayer de rentrer dans la tête des gens, ça... Soit, je vais me plier à cette règle, bien que les lois, ça me donne envie de gerber.
Je suis un Gangrel, libre et sauvage. Oui, non, je ne vais pas vous sauter dessus non plus, je sais me tenir.
Vous n' avez pas peur des loups ?
Bref, je suis, de par ce fait, fort discret. Cependant, je suis un être sociable, j' aimes me moquer des travers des humains... Ils sont tellement pathétiques, avec leur société de consommation. Ils croient être libérés de l' esclavage, et, en fait, ils sont en plein dedans. Réfléchissez : tous les jours, ils vont travailler, pour quelques dollars qu' on leur reprend via des taxes. Leur système est pourri, vous ne trouvez pas ?
La Camarilla... Ben, c' est la secte que je sers, j' y ai des amis, certes rares, car je ne me fie pas facilement aux gens. Certains disent même que je suis trop farouche. En tout cas, si vous voulez me torturer, obligez moi à rester à une soirée à l' Elyseum, bien habillé et peigné en plus.
Le Sabbat... Ce sont mes ennemis et je ferrai tout pour leur mettre des bâtons dans les roues. Ils disent qu' ils veulent tout casser, mais ils se fourrent le doigt dans l' oeil :
Il y aura toujours des Camaristes, des chasseurs de vampires, des goules fidèles aux Camaristes qui leur ferront la misère.
Non, moi je suis pour une cohabitation pacifique avec les mortels, ce qui n' empêche pas certains prélèvements, il faut bien se nourrir.
Quoi, les anarchs ? Non, je ne les aime pas : trop bruyants, trop voyants, trop brutaux...
Voilà, vous avez compris, moi j' aimes quand tout se passe dans le satiné, en douce, sans un cri.
Oui, un peu comme les Assamites, qui préfèrent les armes blanches aux uzzis pour règler leurs soucis.
Ce qui m' a traumatisé ? Voyons voir... Quand j' ai vu mon sire la première fois ? Imaginez un énorme loup gris qui grogne devant vous. Enfin, ça, je vous expliquerait ça en bas, dans mon histoire. *sourire*
Mes qualités... La patience est une vertu que bien des jeunes ne connaissent pas, je suis très calme (en apparence), je ne montrerai jamais mon agacement. Sauf si vous dépassez les bornes, et là, il vaut mieux pour vous avoir un bon argument pour que je ne vous coupe pas en deux dans le sens de la longueur.
Fidèle aussi... Ca vous surprend ? Fidèle à ma liberté, surtout ! Je suis discret, loyal envers mes amis (en même temps, je viens de débarquer, alors des amis, j' en n' ai pas encore, laissez moi le temps de poser mes valises), je suis parfois versatile (en amour, je suis un petit ami infidèle), sinon, en dehors de ça, j' aimes la solitude. Vous allez me dire que c' est contradictoire avec le fait que je sois sociable, je vous réponds : mauvaise réponse ! Vous même, quand vous avez besoin de vous recentrer, de faire le point, n' avez vous pas besoin d' être seul, peinard, sans personne autour de vous ? Ben voilà, moi, c' est pareil. Vive la forêt, immense et vide de tout intrus.

Ma folie... Ha ouais, vous voulez parler de ma légère paranoia vis à vis des inconnus ? Attendez, les vampires, même ceux de la Camarilla, ce ne sont pas des Templiers. Je peux vous dire que quand vous êtes dans le colimateur d' une des deux sectes, il vaut mieux se faire discrets. C' est quoi, ce gros loup, derrière vous ? Un copain à vous ?

Histoire : Ses souvenirs d'humain, sa nouvelle vie de vampire, son sire, là ou il a subit l'étreinte...

Mes parents étaient nés à New York, et y vivaient. Lui était un simple ouvrier, maman femme au foyer avec cinq lardons turbulents à gérer. Je suis le cadet.
Figurez vous que je suis né le 20 juillet 1881, le jour de la reddition du chef sioux Sitting Bull.
Après, ma mère a eu quatre fausses couches, mais elle est restée forte. Par contre, aucun souvenir de mon père. A l' époque, on m' a simplement dit qu' il était mort sur un chantier, une bagarre sur un échafaudage.
Quand on est humains, faut pas jouer à ça.
Mon premier souvenir de gosse, en dehors de la maison, ça été la statue de la liberté était dévoilée, quand j' ai été la visiter avec la famille. Ca reste mon monument historique préféré... La liberté...
En fait, j' étais souvent hors de ma maison, pas souvent à l' école et je n' aimais pas les contrainte, déjà. J' aimais ma mère, c' est sûr, des fois je la plaignais. A peine 40 ans, elle en paraissait 15 de plus, et elle était devenue grosse.

Les états unis, se sont toujours mêlés des histoires des autres pays, sachez le une fois pour toutes. C' est leur truc, dés qu' il y a une crise, ils partent en guerre.
En 1898, contre l' Espagne pour libérer Cuba. Je ne pouvais pas aller à la guerre, j' avais une hépatite A.
L' année suivante, en 1999, guerre contre l' Irak. Me voilà fait aux pattes, enrôlé quasi de force dans l' infanterie. J' avais 19 ans, et j' allais découvrir la guerre. La vraie, avec du sang, des boyaux, des morts, des blessés qui gisent à terre...
En parlant de blessé, j' ai été blessé, un an plus tard. On m' a rapatrié, et j' ai passé quatre mois à l' hopital. Moi, je me sentais mal, j' avais la gerbe, j' avais peur et j' avais de la fièvre. Ma mère est venue plusieures fois.

(une voix off) " - Mais comment es tu devenu vampire ? "

J' y viens, j' y viens... C' est pas à l' hopital que ça s' est passé, mais après. Pour me changer les idées m' emmena dans un musée, c' était sur les Amérindiens.
Ne me demandez pas pourquoi, moi qui n' avait pas la fibre pour l' histoire, je me suis interessé aux totems, à la mythologie, aux tepees... Bref, entre Sitting Bull et moi, ça collait. Bien que Pocahontas, il parait qu' elle était canon... Heu, oui, revenons à cette fameuse rencontre.
Un petit mot sur mon sire ? Apache, un air sévère, sappé d' un costume noir, chemise rouge et une bague sur laquelle figure un loup. En or, la bague.
Je contemplais une un totem avec un aigle dessus, puis une vitrine contenant une cuiller en bois, le loup, un bol en terre cuite, un couteau de sacrifice et d' autres statuettes.
Il s' est penché dans ma direction, en me disant à l' oreille :

" - Ce totem est beau, n' est ce pas ? "

" - Oui. Bonsoir, monsieur. Tom Greyson..."

" - le brave soldat Greyson qui a faillit laisser sa peau pour un pays peu reconnaissant."

" - ... Enchanté, monsieur ? Vous avez un accent, vous êtes Amérindien ? "

" - Oui..."

" - C' est marrant, vous ressemblez à Géronimo, justement. C' est peut être un membre de votre famille ? "

Le Gangrel me fit un joli sourire, je venais sans doute de lui faire le plus beau des compliments qu' on puisse faire à un Apache. Ca m' a valu un Baiser, puis, après, je suis partis de la maison, laissant un mot à maman. Ca été un déchirement, j' espèrais qu' elle ne m' en a pas voudrais, au moins.

Je suis devenu un peu nomade, j' aimais bien bouger partout dans le pays. Mon Sire est resté à Chicago, et je me suis établis dans le désert près de Los Angeles. Non, sérieux, il a sentit le vent tourner, et a préféré me mettre au vert, en fait.
Ca m' a fait un choc de savoir, par les journaux que son bui bui avait crâmé, mais lui, ça va, il s' est tiré à temps avec la caisse.
J' ai été comme anéanti, j' en suis tombé sur le cul. Quelque chose s' est brisé en moi.
La cerise sur le gâteau, ça été le 11 septembre. Comment encore croire en un pays ou ce genre d' attentat est possible, dites moi.

Je me suis fais du blé en tant que macro, puis j' ai acheté un petit bar, puis la boutique d' à côté ou je vends des bibelots de toutes origines.
Mais la plupart de mes nuits, je les passe dans le forêt. Seul, avec l' Esprit des Loups...
Ce que les écolos appellent un "appel de la nature".
Revenir en haut Aller en bas
 
Tom Greyson, gangrel/camarilla (en cours)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des poux dans les Dogs
» Gilbert Nightray en cours.
» I am my personnal Jesus - En cours
» Renée Montoya [En cours]
» [ EN COURS ] You reek of freedom and it makes my skin crawl ▬ JUN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodlust | Vampire : La Mascarade :: Vampire : La Mascarade | Hors Jeu :: Recueil des Damnés-
Sauter vers: